Un tiers des enseignants souffrent des niveaux élevés de stress dans leur relation avec les élèves

Un tiers des enseignants souffrent des niveaux élevés de stress dans leur relation avec les élèves et plus de la moitié souffrent de comportement perturbateur en classe, tels que les interruptions ou le hooliganisme, qui empêchent le développement normal de l'enseignement, ils sont quelques-unes des principales conclusions un sondage réalisé par la Fédération des travailleurs de l'éducation, qui prétend que la violence dans le centre est un "facteur de risque psychosocial» pour la santé des enseignants

L'enquête, menée par le biais d'un questionnaire envoyé à 1300 travailleurs de l'éducation, des discussions de groupe et des entrevues en profondeur avec des directeurs et des enseignants de 14 régions, il révèle que 37,5% des enseignants jugé assez souligné par interaction avec en face d'eux les étudiants, 5% disent qu'ils se sentent un certain degré de stress dans leur relation quotidienne avec l'école dans le genre de différence significative dans la perception des femmes connaissent des niveaux de stress plus élevés montre que leurs homologues masculins

7,4% des enseignants assure que vous avez été attaqué par un étudiant et presque 2% admettent que les étudiants feront l'objet physique au moins une fois un assaut mois, selon cette étude, le nombre d'enseignants est encore plus grande menace Le 32,4% ont déclaré avoir été victimes d'intimidation jamais et 5,7% avouent être assez souvent, soit une fois par mois au moins, cependant, les comportements qui se produisent plus fréquemment dans la relation entre les élèves et les enseignants sont ces perturbateurs se produisent très souvent que 34,1% des enseignants, et avec une certaine fréquence, à savoir au moins une fois par mois, à 56,5% des enseignants

Le niveau de stress en raison de la relation avec les familles des élèves est inférieur à celui enregistré avec ceux-ci, bien que le pourcentage d'enseignants qui sont considérés comme des hausses très stressés à 19,5%, 24% disent qu'ils ne l'ont jamais été insulté par des familles, 19,3% admettent avoir été victime à l'occasion de la violence psychologique et 4% ont déjà eu une agression physique par des membres de la famille des étudiants

1

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha