Un nouveau contrat sera de défendre les droits des acheteurs de voitures d'occasion

Le ministère de la Consommation et de la National Association of Motor Vehicle vendeur, de réparation et pièces de rechange (Ganvam) ont créé un nouveau contrat type pour protéger les droits des consommateurs qui achètent des voitures d'occasion

Ce contrat, qui a été présenté hier, a le soutien de la Direction générale, qui a déclaré «libre de clauses abusives", de sorte que le respect de la loi des garanties Biens de consommation garantie

Entre autres choses, de fournir au consommateur une connaissance détaillée de l'état du véhicule avec l'application de la garantie En outre, les clients peuvent choisir entre la réparation, la réduction de prix ou la résiliation du contrat si les conditions du véhicule ne correspondent pas stipulé dans le document

L'acheteur devra informer le vendeur de toute non-conformité dans les deux mois à partir du moment où la détection et le manque de conformité exprimé dans les six mois après la livraison existait déjà au moment de ce présumé, afin le client ne sera pas avoir à essayer

Les réparations doivent être faites dans les 20 jours ouvrables, sans compter le temps nécessaire à la fourniture de pièces détachées, et les non-conformités considérées usure normale, une mauvaise utilisation ou un manque d'entretien sur le véhicule

2e main pousse

Les ventes de véhicules ont atteint 430 000 unités au cours des quatre premiers mois de l'année, soit une augmentation de 2% par rapport au même mois de l'année précédente prévisions Ganvam suggèrent que les ventes de ces voitures arrivent cette année environ 1,5 millions d'unités avec une légère augmentation par rapport au chiffre de 1,44 millions d'unités vendues en 2004

En ce qui concerne l'introduction de distinctive autonome dans l'inscription, président Ganvam, Tomas Herrera a averti que possible inclusion entraînerait un marché «recul brutal» des voitures d'occasion, qui a augmenté de 23% depuis la suppression de la distinctive provincial en Décembre 2000

demande donc au Ganvam administration ces badges sont plus volontaire, l'association exige une certaine initiative de mettre fin à la vente illégale de véhicules sur les routes publiques Selon les vendeurs, à Madrid seulement, il y a actuellement 2.000 véhicules sur la rue vendu "par les mafias sans contrat ou de garantie"

2

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha