Troubles de l'autisme et du langage partagent une base génétique commune partiellement, selon une étude de l'Université d'Oviedo

De nouvelles études moléculaires aident à clarifier la nature et la structure du programme génétique responsable du développement et de l'exploitation de «organe du langage», comme la tenue d'une oeuvre de Antonio Benitez Burraco, chercheur à l'Université d'Oviedo

Habituellement, l'autisme et les troubles du langage qui reçoivent un traitement clinique différentielle, compte tenu de la présentation de profils linguistiques variés conclusions moléculaires considérablement récentes suggèrent le contraire, en particulier pour certains sous-types de l'autisme

Cet avis a été publié dans le dernier numéro du "Journal of Neurology» et examine les facteurs génétiques impliqués dans les troubles du langage associés à l'autisme, dont l'altération semble être l'une des causes les plus importantes

"De l'analyse moléculaire des différents troubles cognitifs dans lequel la langue est touchée, comme la dyslexie, un langage spécifique dépréciation (SLI) et l'autisme, ils ont identifié plusieurs gènes dont la mutation semble être une partie de causalité de cette types de conditions qui perturbent le processus normal de l'acquisition du langage », explique Benitez Burraco

La faculté de langage, selon le chercheur, peut être considéré comme un «corps» dont le développement est déterminé en grande partie par un programme de nature génétique, de sorte que les gènes qui le composent, lorsqu'ils sont touchés, les facteurs de causalité peuvent être considérées comme significatives ou le risque de ces troubles

Cette approche moléculaire soulève en particulier la possibilité de déterminants génétiques de troubles du langage commun et l'autisme L'autisme est un trouble du développement du cerveau qui conduit à l'apparition de diverses anomalies dans la croissance de l'individu, un modèle stéréotypé et activités et intérêts restreints, et une incapacité à l'interaction sociale et exceptions de communication OPC, ce trouble congénital se produit chez les enfants de 18 mois à 3 ans, et affecte statistiquement 4 sur tous les 1 000 enfants

0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha