Plus de 30 de chaque centaine de médecins hospitaliers déclarant fumer, selon une étude réalisée par les pneumologues espagnoles

Environ un tiers des médecins hospitaliers, 31,4%, le tabagisme est déclarée, seul un pourcentage inférieur à la moyenne de fumeurs dans la population générale, mais est loin entre les médecins habitués à interagir quotidiennement avec les personnes touchées par fumeur

Comme il ressort d'une étude menée par des spécialistes de la Société espagnole de chirurgie Pneumologie et thoracique (SEPAR), parmi les médecins qui traitent les personnes touchées par les pneumologues de tabac à priser, chirurgiens thoraciques et les cardiologues, le pourcentage de toxicomanes est inférieur à 10%

Malgré des taux élevés de professionnels de la santé qui fument, 73% des répondants conviennent qu'ils constituent un «modèle social» pour le reste de la population par rapport à la consommation de tabac et de la grande majorité (88% ) indique que parmi ses tâches est d'essayer de convaincre les patients à arrêter de fumer

Parmi les médecins, les femmes sont moins fumeurs (32,1%) que d'hommes (36,4%), mais tous (99%) sont d'accord qu'ils ne doivent jamais fumer devant le patient

Pour 58%, la mesure la plus appropriée pour éviter la consommation de tabac dans les hôpitaux d'interdire de fumer dans les lieux publics, tandis que 41% préféreraient l'interdiction pure et simple dans tous les domaines

Selon la grande majorité des répondants (90%), l'administration devrait exercer un plus grand contrôle de la législation actuelle, qui date de 1988 est atteint et interdit de fumer dans les espaces clos, sauf

Le plus attachés à fumer dans les hôpitaux sont les gardiens et administrative (50% et 40%, respectivement)

0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha