La Banque mondiale avertit que plus de la moitié de la population de l'Amérique centrale est pauvre

Plus de 50% des 35 millions d'Américains centrale vivent dans la pauvreté et plus de 20% dans l'extrême pauvreté, selon le Rapport 2002 sur le développement de la Banque mondiale (BM), publié par la Fondation Friedrich Ebert d'Allemagne ce travail veille à ce que les réformes entreprises après l'application de politiques néolibérales il y a 20 ans, n'a pas généré aide soutenue pour éliminer la pauvreté et réduire les inégalités d'un processus de forte croissance économique

Cette fondation, créée en 1925 comme un héritage politique de Friedrich Ebert, le premier président démocratiquement élu du Reich allemand, tenue il y a quelques jours de la conférence «La mondialisation et le développement socio-économique en Amérique centrale», dans lequel il a dit que l'Amérique centrale est engagée dans un processus de ralentissement économique elle a affecté négativement le revenu réel de la population, l'investissement privé national et international et de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité

Au cours de cette réunion, Rebeca Grynspan, directeur de la Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), a appelé à une plus grande équité que la seule formule viable pour mettre fin à la pauvreté dans Grynspan centrale a rappelé que l'application des politiques néolibérales au cours des deux dernières décennies ne a conduit à la région à la croissance et large et un développement stable prévu, cependant, il a reconnu que la plupart des pays ont fait des progrès dans le contrôle de l'inflation et les déficits budgétaires, et ont atteint une certaine stabilité financière et taux de change

En outre, le directeur de la CEPALC a déclaré que dans le court terme, la région doit penser à une compétitivité plus dynamique parce que «devoir évoluer à l'avenir où le secteur privé participe à des stratégies technologiques et de leadership dans le secteur public" a également déclaré que les accords entreprise promue en Amérique centrale sont positifs, et a rappelé que la possibilité de négocier avec les États-Unis a des avantages parce que la région bénéficie d'avantages accordés unilatéralement, même si il n'a pas caché que, à tout moment peut être perdu

3

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha