L'UE exhorte l'Espagne à encourager les rapports des éventuels accords illicites de prix

La Commission européenne estime que l'Espagne doit faire tous les efforts pour encourager les plaintes concernant d'éventuels accords de prix illégale Donc il a communiqué cette semaine Mario Monti commissaire à la Concurrence, le deuxième vice-premier ministre et ministre de l'Economie Pedro Solbes, qui à son tour a fait remarquer que, dans sa réforme annoncée des règles de concurrence, l'exécutif la capacité de contrôler cas «exceptionnels» de fusions sera réservé

Les institutions communautaires suivent de près la politique de décentralisation de la concurrence en Espagne, qui depuis 2002 permet aux collectivités de créer leurs propres organes (sorte de petits tribunaux) au niveau local, qui servent efficacement à accélérer les travaux la Cour de défense de la concurrence (TDC) Toutefois, un rôle actif ne doit pas être adoptée pour éviter toute interférence avec la liberté de choix d'un État membre

Que nous avons demandé au commissaire italien à son ancien partenaire dans la Commission est que «la cohérence dans les décisions" prises par les différents organes (centraux et régionaux), critères qui ont soutenu le ministre pour éviter «chevauchent» ou «contradictions» Solbes aussi il a trouvé d'être un ardent défenseur de l'existence d'une structure pyramidale du contrôle et de la concurrence, menée par l'UE, suivie par l'Etat et l'autonomie

régime de clémence

La principale proposition Monti a lancé le gouvernement espagnol, qui a offert le plein soutien des autorités communautaires pour mener à bien leurs réformes ambitieuses est de rejoindre le "régime de clémence" vigueur dans l'Union européenne depuis 1996. Dans la pratique, cela signifie particulièrement encourageant, avec des réductions d'amendes et pénalités pour les entreprises "découvrir" pactes secrets prix ou irréguliers concentrations, à savoir, récompenser dénonciations sur une pratique très difficile à appliquer et démontrer

Solbes, quant à lui, a déclaré le commissaire européen rappelle que la réforme du droit de la concurrence établi par le gouvernement, étant donné que le modèle actuel (en vigueur depuis 1990) est "relativement mature" En plus de l'adaptation à être fondée émergé ces dernières années et les différentes directives adoptées à partir des changements de Bruxelles, le gouvernement veut introduire des "clauses de sauvegarde" pour améliorer le contrôle des concentrations d'entreprises, mais seulement de les utiliser dans des cas «exceptionnels»

Les modifications effectuées par le ministère des Finances, pour lequel il n'y a toujours pas de durée fixe, vont également renforcer les fonctions du Tribunal, qui instruire la procédure disciplinaire de conduite restrictive jusqu'ici négociés Defense Service la concurrence (SDC) en outre, une plus grande «transparence» dans la prise de décision, et rien avoir "critères d'opportunité politique" sera considéré

0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha