L'Office européen des brevets a demandé à l'UE de résoudre la directive sur les brevets logiciels proposée

Dans le cadre d'une journée d'information au Parlement européen sur les activités de l'Office européen des brevets (OEB), le président de l'OEB, Alain Pompidou, a demandé à l'Union européenne (UE) pour résoudre le problème de la proposition directive sur les brevets logiciels

Après le Conseil des ministres de la Compétitivité de l'UE a conclu avec les réserves d'une douzaine de pays, compte tenu de la directive controversée d'harmoniser la façon dont les inventions informatiques sont brevetés, va maintenant aller en deuxième lecture au Parlement européen un une fois là, le texte sera soumis à changer le Président de l'OEB a rappelé que la nouvelle directive a la réticence du Parlement européen et des organisations libres de défense des logiciels ci ont dit Pompidou a dit qu'il est «une idée noble », mais peut-être pas" suffisamment pragmatique "et ont fait valoir que l'UE a besoin d'un" règlement uniforme "

Aussi le bureau du président a rappelé que son organisme ne délivre pas de brevets que les logiciels, ou des algorithmes ou des méthodes commerciales qui ne comportent pas un caractère technique, en fonction de leurs règles actuelles

D'autre part Pompidou évoqué le projet de créer un brevet communautaire, qui a été bloqué dans la table des ministres il y a des années à cet égard, le Président a dit que les dernières propositions se réfèrent à la traduction des revendications soi-disant, un court document qui stipule que l'invention est nouvelle Ces revendications sont la seule partie du brevet sera traduit dans toutes les langues, mais l'Espagne et l'Allemagne ne parvient pas à un accord sur le temps de la traduction et la valeur juridique de celui-ci pour une chose Allemagne veut qu'une valeur indicative et, d'autre part, pas l'Espagne

solution possible

Président de l'OEB a proposé comme solution possible au conflit que les pays ratifient le Protocole dite London Ainsi, les signataires serait d'accord pour le dépôt d'un brevet ne se faire en anglais, français ou allemand, même si son entrée en vigueur Inutile ratification de huit pays, y compris le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne seule cette dernière a fait jusqu'à présent sources européennes ont indiqué qu'il ya 18 pays qui ne l'ont pas signé le protocole, dont l'Espagne, le Portugal, la Grèce, l'Italie, la Belgique et Chypre

Le président a expliqué que la ratification de cet accord permettrait d'économiser 500 millions d'euros par an en frais de traduction, ce qui "pourrait être investi dans la recherche ou des brevets," et ils pourraient aider le brevet communautaire pour parvenir à une certitude traductions juridiques

0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha