Bruxelles va forcer les pays de l'UE pour construire des déchets nucléaires d'ici 2018

Commissaire à l'énergie et des transports, Loyola de Palacio, a présenté hier au Parlement européen un plan ambitieux qui prévoit la sûreté nucléaire multimillionnaires investissements dans le déclassement des réacteurs et la promulgation d'un règlement contraignant pour tous les membres de l'Union, qui comprend la construction forcée des cimetières des déchets nucléaires de haut niveau en 2018 les États membres sont inspectés chaque pour certifier la conformité

L'élargissement de l'Union européenne à dix nouveaux membres, dont huit viennent de l'orbite soviétique, constitue un défi majeur pour l'industrie nucléaire, il faudra des réformes fondamentales Jusqu'à présent, la Commission a été inspecte les candidats et en imposant des règles de sécurité Cependant, après qu'ils deviennent membres dans les prochains mois, la Commission n'a pas le pouvoir, car il n'y a pas de règles internes communes, mais chaque pays a ses propres règles, même si elles sont plus ou moins harmonisées par conséquent, Loyola de Palacio estime qu ' «il serait logique que l'Union de limiter sa surveillance des nouveaux Etats membres et n'exerce pas sur l'Union élargie"

Le projet de règlement fixé commissaire serait un résumé de ce que chaque pays a séparé, marquage de sécurité minimum pourraient volontairement augmenté le principal changement serait que la surveillance de la conformité est réalisée par "recoupements" entre les agences surveillance des pays respectifs

Loyola de Palacio a émis une directive sur le stockage des déchets de haute activité selon lesquels le lieu doit être déterminé avant 2009 et construit et la capacité opérationnelle d'ici 2018 installations aussi faible activité d'hier doit être opérationnel avant la fin 2013, la Commission propose également la recherche sur les systèmes de financement plus efficace que le stockage profond

Toutefois, le chapitre pour lequel plus d'argent est demandé est de démanteler ou dépasser les 20 centrales nucléaires d'origine soviétique qui se trouvent dans les pays qui deviendront membres de l'UE, pour laquelle plus d'un budget seront dépensés 6 € 000 millions de Palacio, ont justifié l'application de ces fonds parce que le risque d'accident "ne connaît pas de frontières"

démantèlement de l'usine

Un mémorandum de la Direction Générale de l'Energie et des Transports veille à ce que la plupart des pays candidats et a promis de démanteler ses réacteurs considérés comme «dangereux», mais pas tous exclusive de continuer à utiliser les centrales nucléaires, en plus des pays membres atteint la fin de sa durée de vie opérationnelle en cette période (qui comprennent le de Zorita en Espagne) avant 2009 ont pour démanteler huit réacteurs d'origine soviétique cas les plus urgents sont ceux de la Lituanie, de la centrale Ingalina, Bulgarie (Kozloduy) et en Slovaquie (Bohunice), qui en 2006, aura consommé entre les trois, € un milliard Bien que les pays concernés payer une partie des coûts, jusqu'à présent, le budget communautaire pour ce chapitre a été limité à quatre milliards d'euros, de sorte que la Commission hier formellement demandé à bénéficier d'une augmentation pour atteindre six milliards d'euros disponibles jusqu'en 2006

De Palacio vise également à promouvoir la fermeture des usines les plus sensibles dans les pays tiers tels que l'Ukraine, ou même la Russie a commencé à parler d'un plan ambitieux visant à démanteler tous les réacteurs de type Tchernobyl de la première génération, considéré comme le plus incertain

3

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha